A voir, à lire

EnvoyerImprimerPublié le 10/06/10

Dans le cadre de son action de sensibilisation aux conséquences de l’épandage massif d’Agent Orange au Vietnam et à la prise en charge des victimes, Orange Fleurs d’Espoir conseille, à tous ceux intéressés par ces problèmes, les oeuvres et les documents suivants :

  • “Agent Orange : 30 ans après”, de John Trinh.

Un documentaire sans concession sur les conséquences tragiques des épandages d’Agent Orange à travers les témoignages de nombreuses victimes et des images d’archives. Un documentaire difficile à regarder mais un plaidoyer efficace appelant à une solidarité internationale.

Plus d’infos sur le blog du réalisateur (en anglais) et la fiche.

Orange Fleurs d’Espoir diffuse ce film au prix de 25 euros + 3 euros de frais de port. Les bénéfices sont reversés au nouveau projet de l’association : la ferme durable et solidaire de Ninh Binh. Contactez-nous !

  • “My Father, My Son” de Elmo Zumwalt Jr. et son fils, Elmo Zumwalt III, avec John Pekkanen.

Ce récit des vies de l’Amiral Elmo Zumwalt Jr. et du lieutenant Elmo Zumwalt III, donne une place malheureusement tragique à l’Agent Orange. Les Zumwalts, père et fils, racontent à travers leurs choix et leurs combats, comment leurs quelques années d’engagement au Vietnam et leur contact avec l’agent chimique ont décidé du reste de leur vie. Laissez-vous toucher par le courage et l’amour de toute une famille face à la maladie et au handicap causés par l’Agent Orange.

Plus d’infos sur la fiche de lecture.

  • “L’enfant cheval” de Rupert Isaacson.

L’équithérapie vue au travers de l’expérience d’un enfant autiste et de ses parents : “L’enfant cheval” retrace le combat et l’odyssée de Rupert Isaacson qui, pour construire une vie à et avec son fils, l’emmenera en Mongolie, territoire où la culture équestre est ancestrale et omniprésente.

Depuis ce voyage, Rupert Isaacson a fondé The Horse Boy Foundation pour promouvoir l’équithérapie auprès des enfants atteints de handicaps ou de maladies mentales. Pour visiter le site (en anglais) de la fondation, cliquez ici.

  • “Dong Song Lua” de TRAN Chinh Vu, traduit en français par André Coulier.

Ce roman raconte les vies de femmes et d’hommes Viet Cong, combattant dans la jungle vietnamienne sur une portion de la rivière Se Bang Hien. Ce récit parle de violence et de tristesse mais aussi d’amour et d’humanité, alors que l’on suit le quotidien, habité de rêves et d’espoirs, des soldats de l’Oncle Ho.

Plus d’infos sur la fiche de lecture.

  • “La guerre qui ne finit pas” de Bruno Boulianne et Loreto Garrido.

Ce docu-reportage dresse un rapide bilan, alarmiste mais pas fataliste, des conséquences de l’épandage de l’Agent Orange durant la guerre pour la population vietnamienne actuelle. Un court documentaire parfait pour s’introduire aux problèmes et aux enjeux de la dioxine.

Plus d’infos sur la fiche de film documentaire.

  • “Le monde selon Monsanto” de Marie-Monique Robin.

En film ou en livre, cette investigation lève le voile sur une multinationale des plus controversées : l’industrie chimique et agro-alimentaire Monsanto, notamment à l’origine de l’Agent Orange. Une enquête qui fait froid dans le dos mais informe sur le sujet polémique des biotechnologies et des produits toxiques de l’industrie agro-alimentaire. A voir ou à lire absolument !

Plus d’infos sur la fiche.

  • “La moindre des choses” de Nicolas Philibert.

Ce documentaire, tourné en 1995, part à la rencontre des pensionnaires et des soignants de la clinique psychiatrique de La Borde. Sous le prétexte de suivre la préparation de la pièce de théâtre qu’ils joueront ensemble, le réalisateur montre la vie quotidienne à La Borde et les méthodes de thérapie alternative défendues par la clinique.

Orange Fleurs d’Espoir, dans sa démarche pour diffuser les thérapies alternatives aux handicaps, est partenaire de la clinique de La Borde. Visitez le site web de la clinique.

Et pour en savoir davantage sur Nicolas Philibert et ses oeuvres, cliquez ici.

  • “Nos enfants nous accuseront” de Jean-Paul Jaud.

Ce documentaire dénonce l’impact désastreux de l’agriculture conventionnelle et de l’usage des produits chimiques sur la santé et sur notre environnement en racontant l’initative atypique et engagée du village de Barjac dans le Gard : imposer le tout bio dans la cantine scolaire.

Plus d’infos sur la fiche de film documentaire.

  • A suivre : “La supplication” de Svetlana Alexievitch.

Contact

Audrey GUEHO
Contacter par e-mail