Enquête sur les financements des associations

EnvoyerImprimerPublié le 22/02/12

VisuelEnqueteFinancementAsso.jpg Dans le contexte économique actuel, une étude inédite vient de paraître sur les contraintes financières auxquelles les associations sont confrontées. Découvrez comment ces dernières font face à la crise.

La Conférence Permanente des Coordinations Associatives (CPCA) et France Active ont mené fin 2011 une consultation auprès de 877 associations sur toute la France, intitulée “Associations, comment faites-vous face à la crise ?”. Les résultats de cette enquête se basent uniquement sur les réponses des associations employeurs.

Cette enquête avait pour objectif d’évaluer la situation économique et financière des associations avant l’impact de la crise économique, ainsi que d’émettre des hypothèses sur leurs principales difficultés.

La France compte 1,3 millions d’associations actives dont le budget global s’élève à 70 milliards d’euros. Avec près de 182 000 associations employant plus de 1,8 millions de salariés, le monde associatif représente une part importante de l’emploi en France.

Malgré le dynamisme global du secteur, de nombreuses associations sont fragiles, avec un modèle économique proche de l’équilibre, des difficultés à financer leur développement et un recours important à des emplois précaires (CDD, emplois aidés). Certains secteurs d’activité sont en crise, de nombreuses associations, souvent jeunes, sont contraintes de cesser leur activité.

Avec la crise économique, l’Etat et les collectivités locales voient leur ressources et leurs perspectives de recettes diminuer alors que dans le même temps leurs dépenses obligatoires d’action sociale augmentent. Conséquences : moins d’argent public pour les subventions, plus de tensions budgétaires et une première baisse de l’emploi associatif constatée fin 2010.

L’étude confirme la baisse des subventions de l’Etat et un maintien des financements des communes et intercommunalités. Pour les associations employeuses recourant aux financements publics, les trois principaux financeurs restent l’Etat (59 %), puis les départements (54 %) et les communes (51 %).

Certains secteurs associatifs comme l’action sociale et la santé bénéficient d’aides financières maintenues, alors que les actions de défense des droits, de solidarité internationale et de la culture sont, par exemple, moins subventionnées.

Plus d’informations :
Voir le site de la CPCA

Télécharger la synthèse
Télécharger les propositions