Afrique Infocité

Envoyer Imprimer Publié le 14/09/17

L’association Afrique infocité dont le fondateur est Mohamed DIABY a été créé en septembre 2014 dans la ville de Saint Maurice en France.
Sa création s’inscrit dans le contexte d’une Afrique dans laquelle les populations (des grandes villes) ont accès à l’internet (parfois à la 4G) contrairement aux administrations publiques qui sont encore très en retard sur la digitalisation. Ce qui explique que les populations utilisent l’internet essentiellement de façon ludique.
Fort de ce constat, dès 2005 à Abidjan (Côte d’Ivoire), un groupe d’étudiant entamera la réflexion qui aura pour principal objectif d’automatiser les adiministrations publiques : le E-Administration.
Ainsi la recontre de différents talents d’origines diverses (France, Niger, Cameroun, Guinée, Burkina Faso, Sénégal, et Côte d’Ivoire) permettra d’aboutir à la création d’Afrique Infocité.
Les objectifs définis par l’assemblée générale de septembre 2014 sont:
vulgariser les technologies de l’information et de la communication auprès des administrations publiques et des populations d’Afrique ; automatiser les administrations et institutions publiques ; sensibiliser les populations sur le rôle des outils technologiques, sur les avantages des réseaux et alerter sur les effets inconnus ; développer des partenariats nord sud entre les différents acteurs des nouvelles technologies de l’information ; accompagner la structuration et le développement des acteurs des technologies de l’information ; fédérer et représenter l’ensemble des entreprises et des métiers dans le secteur des TIC ; mettre en relation l’ensemble des acteurs du secteur entre eux et en direction des secteurs traditionnels ; soutenir et accompagner le développement des entreprises grâce à des services concrets et à des actions de sensibilisation auprès des utilisateurs.

Contactez-nous

17 rue des saules
94410 Saint-Maurice
Président : M DIABY MOHAMED
Site : http://.afriqueinfocite.org

Chaque association renseigne elle-même les données la concernant. Le Conseil général n'engage pas sa responsabilité quant au contenu et à la qualité des informations mises en ligne par la structure.